Sans prévenir, Enedis installe des câbles "danger de mort" dans le jardin d'une Varoise

Frédéric Sergeur Publié le 11/01/2019 à 9h02

GARO / Phanie / AFP

La propriétaire avait pourtant refusé cette intrusion sur son terrain, relate Var-Matin. Elle a déposé plainte auprès de la gendarmerie.

C’est une mauvaise surprise dont se serait bien passée Mireille Michélis. Cette Varoise ne décolère pas après l’intrusion d’Enedis dans sa résidence secondaire à Mons, comme l’explique Var-Matin. Une intrusion qu’elle avait refusée, mais l’entreprise n’a pas pris en compte son avis et a décidé de poser des câbles à haute tension au travers de son terrain.

Mi-décembre, elle a été contactée par Enedis par lettre recommandée. "En raison d'un souci technique sur la ligne électrique desservant votre propriété, nous devons sécuriser mécaniquement les supports béton. Dans ce cadre, nos équipes poseront des supports provisoires sans détérioration pour vos terrains", lui avait expliqué l’entreprise.

Ce à quoi Mireille Michélis répliquait : "N'ayant aucun souci technique sur ma ligne électrique, je refuse que des plots en béton soient posés dans ma propriété". Elle demandait par la même occasion un rendez-vous pour avoir des explications. Un rendez-vous qu’elle n’a jamais obtenu.

Lire aussi Compteurs Linky : le carton jaune de Nicolas Hulot à Enedis

"Installation sous tension, danger de mort"

Le jeudi 3 janvier, des techniciens d’Enedis sont entrés dans sa propriété en son absence et ont posé plusieurs câbles, avec un panneau "Installation sous tension, danger de mort" dessus. Dans les colonnes de Var-Matin, Mireille Michélis est en photo à côté de ces câbles qui traversent son jardin et qui sont situés à même le sol. Les câbles sont reliés à un poteau électrique en contrebas de son jardin.

Lire aussi Linky : les offres commerciales se multiplient

La mairie a été prévenue, un huissier est venu constater la situation et une plainte a été déposée à la gendarmerie contre Enedis. "J'ai adressé une lettre recommandée le 6 janvier à M. Cappe, chef d'agence Structure Var d'Enedis pour lui dire que la façon de diriger son personnel est inqualifiable, qu'il méprisait les abonnés d'E.D.F et violait leurs droits", explique Mireille Michélis dans les colonnes de Var-Matin. Mais pour l’instant, Enedis ne lui a toujours pas répondu. Et des câbles sous haute tension traversent toujours son jardin.

 https://www.capital.fr/entreprises-marches/sans-prevenir-enedis-installe-des-cables-danger-de-mort-dans-le-jardin-dune-varoise-1322919