N'oubliez pas: l'union fait la force !

Publié le 21/02/2018 à 04:55  | Mis à jour le 21/02/2018 à 10:21

 
La quarantaine d’occupants d’une résidence HLM du centre-ville se sont opposés au remplacement de leurs compteurs électriques. Une première dans la Vienne.

Ceux et celles qui, à tort ou à raison (1), craignent l’arrivée chez eux des compteurs intelligents viennent de marquer un point symbolique. Si, ici ou là, plusieurs clients d’EDF s’étaient opposés au rempalcment de leur compteur par un Linky, pour la première fois dans la Vienne c’est tout un immeuble qui vient d’empêcher un installateur d’opérer.
C’est l’une des occupantes de l’immeuble situé au 21 rue de la Tranchée qui, après s’être assuré du renfort d’une voisine, a pris l’initiative d’un porte à porte non dénué de difficultés mais finalement fructueux : « Les gens étaient souvent inquiets, raconte Jeanine Mazzoleni-Moyse. Ils se demandaient : “ Qu’est-ce qui va m’arriver si je refuse ? ” Certains avaient peur de devoir payer le relevé de leur compteur. »


La lettre d’avis de passage de la société Boutineau, qui procède aux remplacements de compteurs, annonçait un passage « entre le 14 et le 21 février ». Qu’à cela ne tienne : les deux voisines ont mis en place une surveillance, guettant à tour de rôle au coin de la rue pour avoir l’œil sur toutes les entrées de l’immeuble.
Par chance pour elles, c’est le 15 que le représentant de Boutineau s’est présenté : « Ça s’est plutôt bien passé. Il faut dire qu’on avait affiché les courriers qu’on avait envoyés au président d’ENEDIS (la filiale d’EDF en charge de la distribution d’électricité, NDLR), au maire de Poitiers et à Boutineau. » A chaque palier, l’armoire à compteurs avait été scotchée par les locataires de l’étage et une étiquette « Non au Linky » y était collée. « Nous, on a la consigne de ne pas insister », a rassuré l’électricien avant de faire demi-tour.


Victoire sur toute la ligne (électrique) pour les occupants du 21 ? Pas sûr. Avant même l’incident du 15 février, Enedis avait profité de ce que l’un des appartements soit inoccupés pour l’équiper d’un compteur Linky. Les locataires peuvent donc légitimement craindre que d’autres compteurs Linky débarquent furtivement à la faveur d’un changement d’occupants : « On n’est pas tranquille s’il y en a chez les voisins. Le chacun pour soi ne fonctionne pas. »


(1) Parmi les risques dénoncés par les opposants à la santé, ceux pour la santé arrivent en première place suivis par la possibilité de harcèlement commercial des clients « espionnés » par leur compteur et l’impossibilité pour le consommateur de vérifier sa facture. 

en savoir plus

Les habitants de l’immeuble poitevin ont reçu le soutien du collectif « Stop Linky » de la Vienne, créé en octobre 2017, qui organisait en novembre dernier à Poitiers une rencontre avec Stéphane Lhomme, conseiller municipal de Saint-Macaire, en Gironde, première commune de France à avoir refusé les compteurs. « Pourquoi accepter les yeux fermés une technologie dont le rapport bénéfice/risque est aussi défavorable ? » interroge Marie Mai qui encourage les citoyens à ne pas céder au forcing d’Enedis : « Ils ne risquent rien ! » assure-t-elle.