La résistance à la 5G : Les dominos commencent à tomber

7

Comment arrêter le déploiement d’une technologie de 12 billions de dollars promue par l’une des industries les plus rentables de la planète et détruite au bulldozer par l’UE, la FCC et l’ensemble des Nations Unies ?

 Beaucoup de gens ont dit que c’était impossible. Mais alors même que l’administration de Trump tente d’imposer la 5G aux États-Unis, les dominos s’effondrent dans le monde entier, alors que des villes et des nations entières reviennent à la raison et mettent un frein à la 5G.

 Les juristes freinent la 5G :

USA, 10 Septembre: Des villes américaines bloquent la mise en service de la 5G sur les accusations que cela cause le cancer : Alors que la technologie 5G commence à être déployée dans tout les états-unis, elle est accueillie par une vague massive de résistance face à la crainte qu’elle puisse causer des problèmes de santé. Cette semaine une ville de Californie – réagissant à une vague écrasante de protestations – a pris une mesure extrême et a empêché la mise en œuvre de la technologie et se joint donc à plusieurs autres villes qui ont bloqué l’installation du 5G pour des raisons de santé.
USA, 24 Mars: Les fonctionnaires de la ville de Portland dans l’état de l’Oregon se prononcent clairement contre l’installation de réseaux 5G autour de la ville, soutenue par le maire et deux commissaires.
Italie, 28 Mars: La ville de Florence applique le principe de précaution, refusant les autorisations pour la 5G et se référant à «l’ambiguïté et à l’incertitude des organismes supranationaux et des organismes privés (comme l’ICNIRP)», qui «ont des positions très différentes les unes des autres, malgré l’énorme évidence des études publiées».
Italie, 28 Mars: Un district romain vote contre les essais 5G, et d’autres devraient suivre. D’autres motions sont attendues dans les quatre conseils régionaux, un conseil provincial et d’autres conseils municipaux d’Italie.
Russie, 28 Mars: Le ministère russe de la Défense refuse de transférer des fréquences pour la 5G, ce qui retarde de fait tout déploiement de la 5G dans ce pays pendant plusieurs années.
Belgique, 31 Mars: Le ministre belge de l’Environnement annonce que Bruxelles met en veilleuse son plan de déploiement de la 5G pour des aspect sanitaires et techniques. Elle déclare  : «Je ne peux pas accueillir une telle technologie si les normes de radioprotection, qui doivent protéger le citoyen, ne sont pas respectées, 5G ou non. Les Bruxellois ne sont pas des cobayes dont je peux vendre la santé à profit. Nous ne pouvons rien laisser au doute.»
Allemagne, 4 Avril: Les Allemands signent en masse une pétition pour forcer le Bundestag allemand à débattre de la 5G.
Pays-bas, 4 Avril: Les membres du Parlement des Pays-Bas insistent sur le fait que la recherche sur les rayonnements doit être effectuée avant toute approbation du réseau 5G.
USA, 5 Avril: Les juges de la Cour suprême de Californie confirment à l’unanimité une ordonnance de San Francisco de 2011 obligeant les entreprises de télécommunications à obtenir des permis avant de placer des antennes sur l’infrastructure municipale.
Suisse, 9 Avril: Le canton de Vaud adopte une résolution demandant un moratoire sur les antennes 5G jusqu’à la publication cet été d’un rapport de l’Office fédéral de l’environnement sur la 5G.

Mise à jour : 

 

Suisse, 10 Avril:
Genève adopte une motion de moratoire sur la 5G, demandant au Conseil d’Etat de demander à l’OMS de suivre des études scientifiques indépendantes pour déterminer les effets nocifs de la 5G.

 

USA, 5 Juin: La Louisiane devient le premier État à demander une étude sur les effets du 5G sur la santé : La Louisiane est devenue le premier État américain à demander la réalisation d’une étude sur les impacts environnementaux et sanitaires du déploiement en cours de la technologie 5G.
Pologne, 11 Juin: Le Premier ministre polonais signe un appel mondial pour mettre fin à la 5G : Dans ce qui est certainement une action sans précédent et révolutionnaire, le Premier ministre polonais, Mateusz Morawiecki, a personnellement soutenu un appel international pour arrêter le déploiement controversé des transmissions de télécommunications électromagnétiques 5G à micro-ondes.
   

 

Surmonter les obstacles rencontrés :

Pour moi, cela a toujours été un problème d’information. Si le public comprenait simplement la menace existentielle que représente l’adoption d’une arme militaire comme technologie de communication, il ne l’accepterait pas.

Le défi d’informer les gens est double. Le nom «5G» est trompeur, impliquant une simple mise à jour par rapport à l’actuelle 4G ou quatrième génération sans fil. De nombreux routeurs WiFi affichent maintenant «5G» comme option de mode, mais cela signifie «5GHz» dans ce contexte, et non pas «5G réel» – un stratagème de l’industrie pour normaliser l’acceptation du terme par obscurcissement intentionnel.

Cette ruse dissimule intelligemment la réalité que 5G signifie densification, avec chaque individu, l’antenne visible étant remplacée par des milliers de minuscules antennes menaçant les gens, les animaux et la nature de chaque recoin de la Terre et de 20.000 satellites ou plus avec des faisceaux mortels, de type laser frappant leurs cibles inconscientes des millions de fois par jour, comme des balles muettes.

La deuxième difficulté est le contrôle étroit des médias. Il n’y a guère un murmure de négativité à propos de la 5G qui pénètre la sphère publique, alors que ses bénéfices revendiqués sont constamment vantés dans les journaux et dans de nombreuses vidéos promotionnelles.

Pourtant, en l’espace d’un an seulement depuis que nous avons entendu parler pour la première fois de la catastrophe imminente qu’est la 5G, le message s’est propagé de façon virale par le biais des médias alternatifs et sociaux.

 

La 5G mérite sa mauvaise réputation :

Depuis que le sénateur américain Blumenthal a porté un coup majeur à l’industrie des télécommunications en établissant définitivement qu’aucune étude de sécurité n’a été faite, les mauvaises nouvelles sur la 5G ne cessent de tomber. Au moins 21 villes américaines ont adopté des ordonnances limitant l’installation de «petites cellules», et beaucoup d’entre elles imposent des «frais de recertification» pour la rendre non rentable pour l’industrie de la téléphonie mobile.

Et l’expert en armes à micro-ondes basé au Royaume-Uni, Barrie Trower, rapporte que 17 pays prennent des mesures pour éviter d’obtenir la 5G.

Alors que l’UE promeut avec enthousiasme le déploiement de la 5G, un nouveau rapport de l’UE admet que la 5G est une expérience massive, le dénonçant ainsi :

«Le problème est qu’il n’est actuellement pas possible de simuler ou de mesurer avec précision les émissions 5G dans le monde réel… on s’inquiète de l’impact possible sur la santé et la sécurité d’une exposition potentiellement beaucoup plus élevée aux rayonnements électromagnétiques radiofréquence provenant de 5G.»

Le rapport de l’UE expose ensuite les dangers :

«Une exposition accrue peut résulter non seulement de l’utilisation de fréquences beaucoup plus élevées en 5G, mais aussi du potentiel d’agrégation de différents signaux, de leur nature dynamique et des effets complexes de brouillage qui peuvent en résulter, notamment dans les zones urbaines denses.»

Entre-temps, un tribunal français a reconnu l’électrohypersensibilité (EHS) comme une maladie professionnelle qui peut également se développer à partir d’une exposition à des niveaux de rayonnement considérés comme sûrs par le gouvernement.

 

Personne ne veut de la 5G à part les opérateurs télécoms :

La 5G commence à ressembler à un orphelin non désiré. Tous ceux qui entendent la vérité la fuient comme la peste. Même la plupart de ses partisans ne l’aiment manifestement pas.

Dans son quartier de Palm Beach, le président Trump et ses collègues milliardaires n’en ont pas. Aucune des institutions de l’UE à Bruxelles n’en dispose (Commission européenne, Conseil de l’Union européenne, Conseil européen, Conseil européen et Parlement européen). Et ce n’est pas non plus l’ONU, l’OMS et l’UIT, qui en sont les catalyseurs, qui vont en avoir besoin à Genève.

Surveillez les moratoires décrétés à Washington, D.C., siège de la FCC, et à Munich, près de là, siège de l’ICNIRP. L’un ou l’autre serait un indicateur évident que le jeu est truqué.

Mais on peut se demander comment les moteurs 5G éviteront les satellites, dont la littérature 5G se vante comme étant destinés à «couvrir» la Terre. Peut-être que les faisceaux satellites éviteront les zones où ils vivent. Ou peut-être pas. Si l’on n’arrête pas ce plan insensé de satellite 5G, ils risquent, eux aussi, de se réveiller et de se retrouver comme des cobayes que le reste d’entre nous dans cette expérience biologique massive.

Alors que plus de dix mille études scientifiques évaluées par des pairs sur les effets biologiques des rayonnements électromagnétiques fournissent une perspective claire sur le risque sans précédent de la 5G, la rhétorique des médias mainstream voudrait vous faire croire que c’est la meilleure chose depuis le pain en tranches.

Le vent tourne en notre faveur parce que des gens comme vous, cher lecteur, s’instruisent et s’impliquent. Vous partagez de l’information et parlez avec les dirigeants. Grâce à votre volonté de défendre la vie et l’amour, nous réussirons dans cette grande bataille de notre temps.

 

Note ExoPortail : Une information vitale et peu connue sur la 5G :

 Le réseau 5G utilise les mêmes ondes EMF que le «système de contrôle de foule» du Pentagone : https://exoportail.com/le-reseau-5g-utilise-les-memes-ondes-emf-que-le-systeme-de-controle-de-foule-du-pentagone/

 

Source : https://takebackyourpower.net/5g-the-dominoes-are-starting-to-fall/

Traduction et Ajouts : ExoPortail