Voilà une excellente réponse, transmise par JLG que je remercie ici, des Ecologistes Humanistes Sociaux à Brice Couturier (la mise en gras est de moi):

Monsieur Brice Couturier,

Lors de l’émission « 28 minutes » du 2 août sur ARTE, consistant en un tour de table bavard entre bons amis digne des vacances d’été – donc de grande vacance médiatique, moment propice, ceci dit en passant, pour faire passer les lois les plus scélérates –, vous n’avez rien trouvé de mieux que de publiquement lyncher un pauvre Juge tourangeau en racontant, sans vergogne, strictement n’importe quoi.

Nous avions, hélas, pris l’habitude de parti pris médiatiques très sensibles aux desiderata marchands de l’oligarchie technolibérale et de ses lobbies industriels et financiers de plus en plus puissants dans une démocratie française qui s’en trouve davantage verrouillée et abîmée. Et que ce soit un journaliste de France Culture sur une chaîne comme Arte, et pas un média « populiste » surfant sur le buzz du moment à coup de démagogie, en dit long, très long sur le degré d’asservissement et de délitement déontologique des grands médias dans ce pays. Nos propres sources nous font dire que ce n’est pas le cas - en tout cas pas à ce point de décomposition - au Québec, en Belgique ou en Suisse, pour comparaison avec des pays francophones à esprit démocratique a priori équivalent.

Vous avez déclaré ce jour-là sur un ton péremptoire, non sans bredouiller, que ce Juge avait donné ordre de faire retirer « un » capteur Linky à Enedis. « Un seul, par un seul juge », quel ridicule ! Ce petit juge isolé et farfelu ne pourra qu’être désavoué par ses pairs tant il s’est égaré dans son jugement !

Ce Juge que vous méprisez ouvertement – « ce n’est rien » (vous parleriez donc comme Emmanuel Macron ?) – ne vous en déplaise Monsieur, représente une Institution de notre République que l’on ne peut impunément tourner en dérision et l’on peut supposer qu’il connaît bien ses dossiers, ce qui est loin d’être votre cas. En effet, voici les faits, vérifiables par n’importe quel journaliste déontologiquement sérieux et digne de ce nom :

- Les tribunaux de Toulouse, Bordeaux, Foix et Grenoble sont allés dans le même sens que celui de Tours (qui a ordonné le retrait de 13 compteurs et pas d’un seul). Ce sont plus de 200 médecins différents, évidemment complotistes, qui ont décerné des certificats.

- L’ANSES (qui se prononce ANE-CESSE), perturbée suite à une très partielle et discutable étude du CSTB qui mettait en relief les mensonges d’Enedis, déclare à la fin de son dernier rapport qu’il faut poursuivre les études car on ne sait plus trop. Le CRIIREM, organisme indépendant internationalement reconnu, a donc demandé à l’ANSES que des mesures soient faites en conditions réelles dans un quartier en plein fonctionnement du système Linky et avec une métrologie adaptée (ce qui n’était pas le cas). Bien sûr, sans qu’Enedis sache où l’étude a lieu… Cette étude indépendante supervisée par le CRIIREM et l’ANSES sera-t-elle un jour effectuée? Nous en doutons…

- Mélanger « ondes du portable ou du téléviseur » avec le CPL Linky circulant 24 h/24 dans le logement, comme vous le faites, vous, à la suite d’Enedis, n’a aucun sens. Il faut être de sacrés bluffeurs, bien ignorant en physique élémentaire et un grand gogo pour gober ça.

      - Le CPL passant sur le réseau électrique des habitations 24 h/24, un filtre CPL aurait dû être placé en aval du capteur pour éviter sa nocivité d’autant que les fils électriques de nos habitations ne sont pas blindés.

      - Les normes utilisées, si tant est que cela ait un sens hormis pour les industriels (elles ne sont jamais assez « basses » pour nos organismes), sont obsolètes (2002) et n’ont jamais correspondu aux signaux numériques par ondes pulsées intermittentes qui se multiplient ces dernières années et dont de nombreuses études médicales internationales nous avertissent qu’elles sont très néfastes pour notre santé, et potentiellement cancérigènes (OMS).

      - Ces normes (arbitraires des industriels) auraient dû, par précaution, être très fortement abaissées au moment où l’on connaît une augmentation inconsidérée des champs électromagnétiques. C’est cela que le Conseil de l’Europe a réclamé en 2011 dans sa  résolution 1815, mais ni les pouvoirs publics français, ni évidemment Enedis, n’ont voulu l’écouter – ni les médias s’y intéresser–, avant que ne soit déployé un système qui a été testé en CPL1 puis renforcé en intensité avec le CPL3 sans contrôle, ni étude, ni certification. Et comme le système est évolutif, et que Enedis a tous les pouvoirs pour agir comme bon lui semble jusqu’à commettre des illégalités flagrantes (Corinne Lepage le confirme dans une tribune du Monde du 18. 02. 19), on peut craindre le pire.

      - Concernant les fameuses « normes », savoir que, à Salzbourg, et très probablement dans le reste de l’Autriche et la Hongrie (pourtant en Europe), le CPL du Linky serait recalé. En Russie aussi, très certainement.

Ces malheureuses personnes, objet de votre mépris, n’ont pas la chance de vivre à Salzbourg, ni en Hongrie, ni même à Paris, en partie protégées par Mme le Maire qui a demandé à Enedis de respecter le droit au refus de ses administrés et de ne pas passer en force. Tout comme Mme le Maire de Lyon1, les maires d’Aix-en-Provence, La Rochelle, Dieppe, Caen, Tours, Saint-Denis, Montreuil… soit un millier de municipalités grandes et petites qui sont toutes de fieffées arriérées refusant le « progrès ».

On ne vous demandera donc même pas, Monsieur, de corriger vos erreurs, ni de vous intéresser de près au dossier Linky, ni de vous excuser auprès de ce Juge complice de vues obscurantistes et technophobes sur lequel vous avez hâtivement conchié du haut de vos  lumières et de vos a priori idéologiques. Ni d’avoir non plus la moindre compassion pour ces malades EHS imaginaires « à effet nocebo », tant votre déni désinformant, les porosités de votre conscience professionnelle, l’épaisseur de votre mauvaise foi et votre condescendance de petit Procureur improvisé, feront que, de toute façon, vous continuerez à nier la réalité quand bien même votre mère, votre femme ou votre fils deviendraient EHS suite à la pose d’un Linky.

Nous avons remarqué ce point : non seulement vous répétez (et d’ailleurs très mal tant votre improvisation passionnelle, pulsionnelle vous fait dérailler), « les éléments de langage » d’Enedis sans la moindre investigation critique, comme du reste presque tous les journalistes du pays dont nous recensons minutieusement les propos, mais, peut-être pire, vous avez exactement la même attitude arrogante, la même morgue dans les propos que les avocats d’Enedis dans les prétoires (dont ceux de Tours !).         

Sachez que, grâce à votre lumineuse prestation et la puissance de votre argumentation, vous êtes nominés au Prix Enedis, section « Nous apportons notre éclairage aux médias », à l’unanimité d’un Jury citoyen, observateur scrupuleux de l’impartialité (quasi inexistante) des médias du pays. Nous hésitons à savoir si c’est dans la catégorie Perroquet bredouilleur, de Petit Pinocchio à lunettes de courte vue, ou celle du Grand Lou ravi de la désinformation d’État.

Recevez donc, en conséquence, Monsieur Brice Couturier, toutes nos très vives félicitations.

Branches nantaise, basque, savoyarde, parisienne, albigeoise, vosgienne, dauphinoise,  bourguignonne, provençale, flamande, picarde, alsacienne, vendéenne, lorraine, lyonnaise, grenobloise, bordelaise, médocaine, occitane, corse, bretonne, normande, limousine, berrichonne et ardéchoise des Écologistes Humanistes Sociaux catastrophés

auxquelles s’ajoutent 150 associations Santé Environnement et collectifs de 55 départements et grandes villes dont Nantes, Paris, Marseille, Lyon, Grenoble, Lille etc.

Branche nantaise des EHSc : 20 rue de Touraine 44000 Nantes