Merci à JLG pour m'avoir signalé cet article que vous retrouverez sur https://collectif-accad.fr/site/la-recherche-sur-les-ondes-electromagnetiques-censuree-par-luniversite/

On aurait pu aussi l'intituler... omerta, quand tu nous tiens...

La recherche sur les  ondes électromagnétiques censurée par l’université ?

Un article paru dans la revue belge bimestrielle KAIROS ; revue très recommandable.

Marie-Claire Cammaerts, docteure aujourd’hui pensionnée du département de biologie des organismes de l’Université Libre de Bruxelles (ULB), nous explique les effets désastreux des ondes électromagnétiques sur les organismes mis en évidence dans ses recherches. Mais aussi comment l’université et certaines revues scientifiques ont tenté d’étouffer ses résultats.

Dans quelles circonstances commencez-vous à vous intéresser aux ondes ?

Le point de départ est que j’adore les abeilles. Á cette époque, on commence à parler du CCD (Colony Collapse Disorder, ou syndrome d’effondrement des colonies d’abeilles). J’ai pensé que cela devait être causé par les ondes électromagnétiques, car l’utilisation de telles ondes et le syndrome de mortalité des abeilles apparaissent en même temps, à la même époque, après la réglementation relative à l’emploi des insecticides.

Vos recherches débutent avec les fourmis toutefois ?

J’ai demandé pour avoir des abeilles et on me l’a interdit.

C’est-à-dire ?

On m’a interdit d’avoir des abeilles. J’ai demandé pourquoi : « Ça pique ! ». Si on s’arrête à ça… Les rats mordent alors, les bactéries sont infectieuses, etc… !

Vous êtes convoquée à l’époque ?

La doyenne m’a simplement répondu par mail qu’elle m’interdisait d’avoir des abeilles. J’ai été appelée chez le doyen, par après, quand tout était publié. L’université met des antennes sur ses toits et reçoit de l’argent pour ce faire. Elle a mis le wifi partout, dans tous les auditoires et les lieux publics. Alors dire que cette technologie est nuisible, cela ne peut se faire!

Est-ce que vous savez qu’il y a un contrat entre l’ULB et Huawei2 ?

Oui je l’ai appris. Monsieur André Fauteux me l‘a envoyé, en me disant : « Vous connaissez ça sans doute Madame ? ». « Non » ai-je répondu. C’est un contrat pour installer la 5G.

Vous voulez dire que l’université ne peut plus dire ce qu’elle veut dès lors qu’elle a des intérêts économiques avec des opérateurs et des producteurs de GSM ?

Oui, c’est exactement ça. On ne peut pas dire que ces choses-là sont nuisibles.

Est-ce qu’on vous l’a dit clairement ?

Quasi. Le doyen m’a dit : « Il y a du wifi ici Madame, et je ne sens rien », sous-entendu : c’est ce que vous devez dire aussi.

En tout cas, on vous met des bâtons dans les roues ?

Oui, j’ai donc cessé mon travail sur les ondes et focalisé mes recherches sur d’autres choses. Après les ondes électromagnétiques, j’ai étudié les effets de toute une série de substances utilisées par les hommes, notamment la nicotine. Ensuite, j’ai étudié les antidépresseurs : à cette époque-là, on utilisait la fluoxétine, une substance très néfaste. Toutes les fourmis sont mortes : elles ont déchiré leurs nymphes, elles s’agressaient l’une l’autre, et sont finalement mortes. Effectivement, finalement, mais après pas mal de temps et de procès à son sujet, on a supprimé la fluoxétine du marché. J’ai également étudié la quinine et j’ai montré que si elle protège la personne des effets de la malaria, elle augmente toutefois sa propagation. J’ai étudié le Xanax® (= l’alprazolam) qui entraîne une forte dépendance. J’ai étudié le glutamate et montré qu’il est très nocif ! Tous les produits asiatiques contiennent du glutamate et certains produits européens aussi (par exemple les produits Knorr, Royco…). J’ai étudié les édulcorants : l’aspartame (qui se décompose en produits nocifs), le sucralose (qui libère du chlore).

Revenons sur la recherche sur les ondes électromagnétiques. Vous découvrez les effets sur les fourmis et vous proposez votre publication ?

Oui, ce fut éprouvant, j’ai mis 3 ans avant d’y parvenir.

Qu’est-ce qui était terrible ?

Publier. Je l’ai envoyé à Myrmecological News. Réponse : « Nous ne publions pas ça ». Puis à Biologica. Réponse: « Nous ne publions pas ça ».

Sans explications ?

Aucune, le travail était parfait. Ils n’avaient pas de reproches à faire, mais ils ne voulaient pas publier l’information que « les ondes sont néfastes ». J’ai envoyé à Belgium Journal of Zoology : il a été accepté avec révision. Cela a ensuite beaucoup traîné, puis l’éditrice a fait ce qu’on ne peut pas faire : elle l’a envoyé à Luc Verschaeve (Institut de santé publique), qui à cette époque détruisait tous les travaux montrant l’impact des ondes. Il a même écrit une revue entière où il détruit tous les travaux, notamment ceux de Panagopoulos, Balmori, Favre et moi-même, attaques auxquelles nous avons répondu.

Pourquoi il fait ça ?

Il était payé par Belgacom, notamment

Vous avez la preuve de cela ?

Oui, c’est connu. Alors finalement quelqu’un m’a renseigné la revue d’Henri Lai. C’est un médecin qui est en même temps éditeur de la revue Electromagnatic Biology and Medicine. C’est un excellent éditeur et il a publié mes travaux. J’ai travaillé ensuite sur des paramécies, ce qui permit de voir l’effet des ondes sur la membrane cellulaire. En fait, les ondes agissent sur tout ce qui a des charges électriques. La membrane de la cellule, celles des mitochondries et des chloroplastes, l’ATPase, l’influx nerveux, l’enveloppe du noyau, etc. Les brins d’ADN sont l’un contre l’autre grâce à des ponts d’hydrogène. Un pont d’hydrogène c’est un proton qui va constamment d’un brin à l’autre ; ce n’est pas une liaison fixe, c’est une liaison électrique et les ondes agissent dessus, les rendant moins stables. Si, à ce moment-là, il y a un agent mutagène, une mutation peut se faire facilement. Les ondes n’induisent pas la mutation mais elles la favorisent.

Quels sont les risques pour l’être humain, concrètement ?

L’influx nerveux va fonctionner moins bien. Tout ce qui fonctionne avec les membranes va fonctionner moins bien. C’est le cas, par exemple, des cristae (cristaux), situées dans l’oreille, comprenant de petites cellules ciliées permettant d’avoir l’équilibre. Au niveau des oreilles, il y a aussi l’organe de Corti, qui sera affecté par les ondes (on aura des acouphènes et autres troubles). Les mitochondries, qui produisent l’ATP sont aussi affectées par les ondes (on sera donc fatigués).

L’influx nerveux se propage le long de la membrane cellulaire. Les cellules nerveuses soumises aux ondes électromagnétiques doivent constamment essayer de réparer leurs membranes pour fonctionner correctement. Cela vaut pour les nerfs, mais aussi pour le cerveau, où s’effectuent sans cesse de nombreux influx nerveux. Les ondes entraînent des maux de tête et des tumeurs.

Vous pensez que les ondes ont profondément changé le fonctionnement cérébral des gens ?

Non, ça ne change pas le fonctionnement cérébral, ça l’abîme. Vous roulez en auto, vous cognez quelqu’un, vous n’avez pas changé votre auto mais elle est abîmée et vous devez la réparer.

Mais alors, cela peut provoquer un vieillissement anticipé et notamment des malades d’Alzheimer précoces, comme le Dr. Belpomme l’a montré ? Des troubles de la mémoire ? Des enfants qui rentrent dans une pièce qui ne savent plus par où sortir…

Oui.

Dès lors, si vous deviez prendre des mesures politiques après avoir découvert tout cela, qu’est-ce que vous feriez ?

Il faut remettre des fils électriques dans les maisons, chaque fois qu’il y a moyen. Il ne faut surtout pas utiliser des compteurs « intelligents ».

Mais ils sont en train de mettre du wifi partout, dans les écoles, dans les crèches…

Il ne faut pas le faire, on va sortir de l’école épuisé. Ça ne sert à rien. Si c’est nécessaire pour l’enseignement, il faut installer le wifi dans une seule pièce de l’école et pas dans toutes les classes. On sort du Thalys épuisé, parce qu’ils ont mis le wifi dans toutes les voitures. On devrait en mettre dans une seule voiture pour les personnes qui ont impérativement besoin de travailler avec leur ordinateur.

On pourrait même poser la question du « besoin impératif » ?

Oui, ce n’est pas nécessaire.

Est-ce que les ondes peuvent provoquer des nécroses, des morts cellulaires ?

Je ne suis pas certaine mais elles vont favoriser quelque chose d’autre qui pourrait entraîner une fragilisation. Vous imaginez une maison où vous fragilisez les murs, vous fragilisez les appareils… Vous ne détruisez pas la maison mais s’il y a un tremblement de terre, elle sera détruite alors que les autres, non fragilisées, ne seront que peu abîmées.

Est-ce que vous parleriez d’un scandale sanitaire pire que l’amiante ?

C’est comme l’amiante. Sauf que l’amiante est présente dans un bâtiment. Dans la rue, il n’y en a plus. Les ondes, elles sont désormais présentes partout : dans les maisons, les lieux publics, les écoles, les universités, les trains, etc.

De plus, il y a une addiction au wifi et aux GSM…

Oui. On met du wifi partout, dans les moyens de locomotion… on fait fonctionner les appareils de maison au wifi. Les personnes sont accros à leurs appareils et on invente toujours des gadgets de plus en plus sophistiqués pour qu’ils continuent à consommer. On a un jour demandé à quelqu’un : « Pourquoi faites-vous cela ? Ça n’allait pas bien avant ? ». Sa réponse : « Si. Mais si on garde le même appareil qu’avant, on ne va plus en vendre… On doit donc en fabriquer un nouveau un peu différent doté de gadgets supplémentaires, pour que les gens rachètent ». C’est du commerce, cela doit être lucratif ! Et cela au détriment de la santé.

Comment vous vivez cela, en tant que chercheuse, le fait que vous découvrez scientifiquement la nocivité de ces dispositifs, mais que ça n’a jamais ou presque jamais d’effets sur la réalité ?

Il faut parfois longtemps, mais la vérité fini toujours par éclater au jour. Finalement elle est acceptée, elle est vénérée. On l’accepte finalement. Le mouvement de la Terre autour du soleil, au début ce n’était pas accepté. On devait accepter que la Terre soit au centre et que les astres tournent autour de la Terre. Avant qu’on accepte le système solaire tel qu’il est, il a fallu longtemps.

Je comprends ce que vous dites mais est-ce que vous supportez de toujours être sur une vérité postposée ?

Oui, c’est très dur. Je tape du pied comme Galilée. Cela ne changera pas, c’est inhérent à la manière dont l’humanité progresse. Pour tout : quand on trouve quelque chose qui est contraire à la croyance normale, qui va à l’encontre d’une vente lucrative, on doit cacher la vérité. Cela existe dans tous les domaines : santé (médicaments), sciences, politique, et même la vie courante… Par exemple, les dates de péremption sont fausses. En les lisant, on jette un produit dit périmé et on en rachète, alors qu’en fait il est toujours bon.

Vous dites : « On cache la vérité » mais qui cache la vérité ?

Les producteurs.

Ceux qui ont le pouvoir de ne pas le dire ?

Oui.

Mais si les gens étaient au courant, vous pensez qu’ils accepteraient ça ? Les ondes, s’ils savaient vraiment leurs effets…

C’est la même chose que pour la nicotine. Beaucoup de fumeurs, à cause de la nicotine qui est dans leur cerveau, sont devenus accros. Ils fument et ils savent très bien que c’est nocif, qu’ils risquent le cancer, qu’ils détruisent leurs poumons, etc. Ils le savent et ils fument quand même. Si on explique à un jeune qui est accro à son téléphone, à sa tablette, et qu’il ne sait plus s’en passer, que cette technologie est nocive, il comprendra mais continuera à en abuser. En fait, on attend que les gens soient accros avant de commencer à dire la réalité. Comme ça, même si on la dit, cela n’a pas d’impact sur une partie de la population. Cela n’aura d’impact que sur ceux qui sont les plus raisonnables.

Y a-t-il de plus en plus de contrôle sur l’information.

Oui. Certains n’osent pas révéler les résultats de leurs recherches ou, s’ils le font, quelqu’un d’autre détruit ces résultats. On agit sur vous, on ne vous publie pas, on vous en empêche. Le premier qui a montré l’impact des ondes (sur les plans de tomates, en mettant en évidence l’impact sur des enzymes et le fait que la plante fabrique alors des substances comme elle le ferait en état de stress) n’a pas pu publier son travail. On a détruit son labo, il n’a pas su continuer. C’est par après que ses élèves, qui croyaient en lui, ont reconstruit tout le labo et ont publié l’article.

Vous dites qu’on a détruit son labo ?

Oui. Il a retrouvé son labo détruit. Le professeur Johansson aussi n’a pas pu continuer. J’ai ensuite publié deux petits travaux avec ce professeur.

Vous avez arrêté vos recherches sur les ondes électromagnétiques.

Oui, mais j’avais trouvé. J’avais fini.

Vous devriez continuer.

Non, j’avais fini. Je voulais des abeilles, je n’ai pas pu. J’ai pris des paramécies et j’ai utilisé mon téléphone pour terminer. J’ai ensuite, beaucoup plus tard, écrit un petit texte sur les abeilles.

Parce que vous ne pouviez plus avoir de générateur d’ondes ?

Ils m’ont dit qu’ils ne pouvaient pas prêter à nouveau le générateur, car ils en avaient besoin pour les étudiants. Je suis allée voir le local où on met les générateurs : il y en avait 4 en plus de ceux qui servent aux étudiants. Et pour les abeilles je ne pouvais pas en avoir. Alors j’ai tiré mon plan : j’ai utilisé mon téléphone et des paramécies (qu’on étudie avec les étudiants) et j’ai dit : « Moi je ne travaille pas sur les ondes, je travaille sur les paramécies utilisées aux travaux pratiques. »

Donc vous avez dû mentir ?

Oui. Mon mari et moi avons ensuite écrit l’article à la maison.

Quand quelqu’un comme ça qui n’est pas haut placé vous refuse le générateur d’ondes… D’où viennent les ordres ? Vous avez dû vous poser la question ?

Je ne sais pas par qui ils sont influencés. Le doyen de la faculté des Sciences ? Mais lui aussi est sans doute influencé…

C’est quand même frappant qu’à l’ULB, les idées dérangeantes n’ont pas leur place… Á l’ULB et ailleurs…

Oui, dans beaucoup de firmes, organismes, maisons d’édition, etc.

Et en fin de compte dans les écoles primaires, dans les écoles secondaires.

Oui. Je suis d’accord avec vous. Et dans les journaux, à la télévision, … Coca zéro : cela passe à la télévision, et les gens acceptent!

C’est le grand spectacle du mensonge !

Mais vous avez déjà vu la réclame Coca Zéro ? On en boirait vraiment ! C’est alléchant ! Et le fluor ! On a mis tant et tant de réclames sur le fluor pour blanchir les dents et on donnait du fluor aux enfants… Et c’est toxique !

Une minorité en profite…

Cela profite à toute une série de personnes, oui. Cela profite à tous ceux qui vendent toute une série de choses. Cela profite aux politiciens, aux pharmaciens, à ceux qui vendent de la nourriture avec des additifs alimentaires… Cela atteint tous les domaines ! Cela concerne M. Toulemonde.

Vous disiez dans le Kairos de mars 2016 que les gens font l’autruche parce qu’ils ne veulent pas savoir…

Oui, quelqu’un qui est complètement accro à la cigarette, il fait l’autruche. Il sait qu’il fume et que c’est mauvais ; c’est la même chose avec les jeunes et leurs téléphones.

Sauf que la cigarette on le sait maintenant clairement… Le reste on essaye plutôt de le taire…

Oui, on minimise. On se dit que ce n’est pas grave…

 

Propos recueillis par Alexandre Penasse, retranscris par Sébastien Gillard

 Pour en savoir plus sur la revue KAIROS :

http://www.kairospresse.be/