LINKY :
INCENDIE A TREBEURDEN LE 12 DÉCEMBRE 2018
Source: http://pleumeurbodounature.blogspot.com/
Ce qui s’est passé
- Un compteur connecté « Linky » a été posé en septembre 2018 avec un raccordement électrique au réseau en aérien.
- Le tableau électrique supportant ce compteur était en bois.
- Le propriétaire était absent car en déplacement professionnel.
- Vers 0h30, ce sont ses filles (d’après la presse), heureusement éveillées et non dans un sommeil profond (échappant peut-être à  une mort quasi certaine), qui ont senti l'odeur âcre de brulé et sont descendues voir ce qui se passait. Elles ont vu des étincelles, des arcs électriques et des flammes qui sortaient du compteur Linky ! Le tout s'est immédiatement enfumé et embrasé. En dix minutes, la maison était en flamme.Les pompiers sont arrivés les premiers et ont normalement alerté Enedis pour la sécurité de leur personnel lors de l'intervention.
-  L’alimentation électrique dans cette zone a été coupée. Soit par l'action de ENEDIS soit par le fonctionnement de ses protections internes.
-  Les câbles aériens de raccordement entre la ligne de distribution et la maison ont été enlevés ; ils peuvent l'avoir été soit pour faciliter l’exécution de la mission d'intervention des pompiers ou soit pour éviter un éventuel court-circuit à la remise sous tension à l'issue de l'intervention des pompiers.

-  Le tableau électrique en bois et le compteur ont été enlevés avec les résidus métalliques (par qui ?). Ces éléments essentiels, à l’origine du sinistre, sont-ils à disposition des experts des assurances et des victimes ? Rien n’est moins sûr.
Nos remarques
- Depuis 2015, ERDF a interdit l’utilisation de tableaux électriques en bois pour la pose de matériels électriques (dont compteurs) ! Le sous-traitant mandaté par ENEDIS ne respecte pas cette interdiction tout comme les normes NF C14-100 ; la pose de ces compteurs communicants connectés « linky » est réalisée dans un souci unique de rendement économique.
                    Il est temps d’arrêter ces inconsistances dangereuses !

- Le linky n’a pas coupé l’arrivée du courant (amont) alors qu’il s’enflammait. Enedis est normalement alerté automatiquement par le concentrateur d’une anomalie de coupure.

                   Un linky qui s’enflamme peut-il encore réaliser cette coupure et assurer la sécurité électrique en cas d’anomalie? Est-il seulement auto-protégé ?
- Le serrage des câbles électriques peut-il être mis en cause? Il sera difficile de le prouver compte tenu de la « disparition » du tableau, du compteur et du disjoncteur principal !
- Un service public doit il déployer des équipements susceptibles d'être destructeurs de la sorte ?
Voici encore une famille à la rue pour un incendie qui fait suite à l’installation d’un Linky. Leurs biens, souvenirs, photos, lettres, livres, papiers, tableaux, mobilier, vêtements, outillage, vaisselle, sont partis en fumée ;  dans ce cas, heureusement,  il n’y a pas eu de dommages physiques visibles aux personnes ! Cependant une des deux occupantes a dû recevoir des soins, car commotionnée par la fumée et émanations de plastique brûlé.
Les conseils de JLG: Il convient de mettre en garde les usagers en cas de malheur,
- ne pas laisser Enédis toucher aux restes du tableau, du compteur et du disjoncteur qui constituent des preuves.
- Autant que faire se peut faire constater par huissier voire Gendarmerie et
- demander une mise sous scellé en vue d’expertise indépendante.
A ce propos j’ai noté que l’intervenant qui disait être assuré à la GMF s’est entendu dire qu’en cas de sinistre Enédis leur envoyait des experts. Cela pose un véritable problème éthique et juridique. Il faudrait contacter les assurances et leur faire mettre par écrit cette procédure.