Merci à JLG pour cet article. Une histoire de fous, mais ... bien réelle...

Mareuil-lès-Meaux ► Compteur Linky un an après : Corinne et Didier ont engagé une procédure judiciaire

29 Mar2019

Un an après avoir soulevé le dysfonctionnement de leur compteur Linky auprès de Magjournal, Corinne et Didier, habitants de Mareuil-lès-Meaux, ont annoncé, mercredi 27 mars, avoir engagé une procédure judiciaire contre Enedis.

Depuis la parution de l’article de Magjournal (relire ici), Corinne et Didier ont fait changer leur compteur Linky mais leurs factures restent encore élevées : huit cents euros pour deux mois. Le couple a décidé d’avoir recours à la justice et demande le remboursement des sommes indues, la réparation des appareils électriques en panne, pannes causées par les coupures. Ils veulent aussi la pose d’un compteur « adapté ». Ils mènent encore le combat qui leur apparaît comme celui du pot de terre contre le pot de fer. Corinne affirme : « Nous irons jusqu’au bout ».

Didier déclare : « L’opérateur Enedis continue d’affirmer que les données enregistrées sur notre consommation sont justes. Comment peut-on expliquer que nous avons la même consommation en été qu’en hiver alors que nous n’utilisons pas le chauffage et que nos radiateurs sont ultra-performants en terme d’économie d’énergie ? » Pourtant, le médiateur EDF et le médiateur national de l’énergie ont confirmé les dires d’Enedis : « La consommation est excessive mais il n’y a pas d’anomalie du compteur. Le défaut venait de l’ancien compteur ».

Trois compteurs et toujours pas de solutions

Un technicien en métrologie est venu prendre des mesures avec un instrument certifié par Enedis. Il a constaté des erreurs allant jusqu’à 398 %… Le compteur a été changé en urgence, en 48 heures. Six experts se sont pressés au chevet du second appareil : « On se serait cru dans le Malade imaginaire, la pièce de Molière » commentent Didier et Corinne. Le deuxième compteur a, à son tour, été classé non-conforme.

Un échange pour un nouvel appareil d’une marque différente a été alors décidé. Le troisième compteur était conforme juste avant la pose mais au bout de quinze jours, les mesures sont devenues incohérentes.

Le couple a été remboursé de 2 400 euros pour le trop perçu des deux premiers compteurs, ce qui correspond au prorata de leur consommation d’avant l’installation du compteur Linky. Mais le troisième compteur est encore considéré comme conforme et toujours posé, « alors que les relevés ne correspondent toujours pas à la consommation ».

Pour le moment rien n’explique les dysfonctionnements et les hypothèses « les-plus-farfelues-mais-pourquoi-pas » font leur apparition. Didier raconte : « On m’a même conseillé d’accrocher une gousse d’ail ou un crucifix ». Un analyseur de réseaux a été posé en début du mois. Didier pense qu’il s’agirait peut-être du courant porteur de sa ligne internet qui perturberait les fréquences émises par Linky. Enedis n’a pas validé la piste, estimant que tout est sécurisé.