Les compteurs communicants et les objets connectés contiennent des piles au lithium ! Avis aux amateurs ! Merci à JLG pour cet article de Médiapart, et pour celui de https://lesvoitures.fr/bmw-i8_pays-bas-pompiers/.

https://blogs.mediapart.fr/patrick-cahez/blog/160518/un-danger-de-la-voiture-electrique

Bon, on ne dira rien car en France, ni le Linky ni les voitures électriques peuvent prendre feu, évidemment...

Un danger de la voiture électrique

Un automobiliste a heurté la barrière centrale d'une autoroute en Suisse avec sa voiture électrique. Les batteries se sont embrasées sous l'effet de l'impact. Un phénomène connu à propos des batteries au Lithium appelé "emballement thermique". L'automobiliste est mort. Un journal italien évoque l'utilisation du pilotage automatique.

ttps://www.caradisiac.com/accident-mortel-en-suisse-les-pompiers-mettent-en-cause-les-batteries-168223.htm

Un Allemand âgé de 48 ans a trouvé la mort en début de semaine dans le canton de Tessin, dans le Sud de la Suisse, à la suite d'un accident mortel où sa Tesla a entièrement brûlé. La brigade des pompiers de Ticino explique que les batteries sont la cause de ce violent incendie qui n'a laissé aucune chance au conducteur.

L'homme est décédé dans sa voiture électrique.

«Le choc violent pourrait avoir causé un phénomène appelé «thermal runaway», à savoir une rapide et irrémédiable hausse de température», écrivaient les sapeurs tessinois sur Facebook. La publication a été supprimée mardi et les pompiers refusent de communiquer davantage.

(...) les pompiers doivent adapter leurs interventions. Ainsi, lors d’un choc, les batteries risquent de s’enflammer spontanément. «Nourri par la part importante d’oxygène contenue dans le pôle positif de la batterie, l’incendie qui s’ensuivrait atteindrait des températures telles qu’il serait pratiquement impossible de l’éteindre», alerte Urs Bächtold, directeur de la Fédération suisse des sapeurs-pompiers. Et de poursuivre: «La technique consiste alors à faire baisser la température à grand renfort d’eau.» Le but est de contenir le feu et de l’empêcher de se propager aux autres cellules.

À Genève, par exemple, les soldats du feu tentent de trouver des solutions. Ils déploient déjà deux camions au lieu d’un en cas d’embrasement d’une voiture électrique. «Quand un incendie de batteries au lithium-ion démarre et monte en puissance, on ne peut plus l’arrêter», avertit le sergent Alain Currat, spécialiste des techniques de désincarcération au Service d’incendie et de secours de la Ville de Genève (SIS). Il est alors nécessaire d’arroser abondamment avec de l’eau ou d’avoir recours à de la poudre ou à du sable. Les pompiers doivent garder leurs distances en raison des risques provoqués par l’électricité. «Lorsque l’on arrose des batteries qui ont pris feu, cela crée des arcs électriques. Elles peuvent ensuite dégager des gerbes d’étincelles et exploser», illustre le sergent. Le SIS a également dû s’équiper de gants spéciaux, la carrosserie conduisant le courant électrique.

En fonction du véhicule

Autre difficulté, le premier diagnostic. Pour mettre en place ces mesures, les pompiers doivent savoir en amont qu’ils ont affaire à un tel véhicule. Davantage que l’intervention, c’est là que réside la principale difficulté car il n’est pas toujours aisé de reconnaître le mode de propulsion d’une voiture. Pour un même modèle, il peut exister une version essence, une autre électricité et une troisième roulant au gaz naturel. «Il est parfois impossible de savoir quel est le type d’énergie avant d’ouvrir la trappe du carburant, indique l’officier du SIS. Nos hommes sont donc formés à repérer le genre de l’auto concernée. Et la centrale du 118 questionne tout de suite le conducteur, si cela est possible. Cela détermine si nous devons nous déplacer avec un ou deux camions.»

Enfin, il est difficile pour les soldats du feu suisses de s’exercer sur des véhicules à propulsion alternative. Ceux-ci sont encore rares et il est compliqué de les importer à seul but d’entraînement. «Nous prenons alors des voitures traditionnelles que nous modifions pour simuler les spécificités des modèles de dernière génération», explique le premier-lieutenant Jean-Paul Wicht, responsable de la formation des sapeurs genevois. Les pompiers doivent donc aller à l’étranger, où les constructeurs locaux fournissent aux équipes d’intervention leurs modèles récents. Le SIS va ainsi se rendre ces prochains jours en France pour une formation qui traitera notamment des voitures électriques, à gaz ou hybrides. (24 heures)

Créé: 15.05.2018, 21h59

https://www.24heures.ch/suisse/Les-voitures-electriques-font-peur-aux-pompiers/story/28232922

 

Pays-Bas : les pompiers immergent une BMW i8 en feu

Si vous vous posez peut-être la question de savoir comment éteindre un incendie sur une voiture électrique, les pompiers de Breda ont la réponse. Une BMW i8  Coupé touché par un début d’incendie a ainsi été plongée dans l’eau.

Dans le cas d’une voiture à moteur thermique incendiée, comme, hélas, on a pu le voir lors des manifestations des « Gilets Jaunes », notamment à Paris lors de « l’acte 3 », les combattants du feu réussissent à venir à bout des flammes, ceci non sans difficulté. Dans le cas d’un véhicule électrique quel qu’il soit, cela est beaucoup plus délicat, la faute aux batteries au lithium. L’info insolite qui nous vient des Pays-Bas avec cette BMW i8 Coupé le confirme.

Après avoir remarqué que la BMW i8 Coupé, sûrement neuve ou d’occasion, était en train de dégager une fumée blanche, les employés de la concession BMW n’ont pas tardé à appeler les pompiers. Certains médias locaux ont même publiés des photos de la voiture hybride en flamme.

Les pompiers n’ont alors pas eu d’autres solutions de plonger la BMW i8 Coupé dans l’eau. A l’aide d’une grue mécanique, ils ont levé l’auto. Puis, le coupé hybride allemand a été noyé dans un container rempli d’eau. Dans le but d’éviter une éventuelle reprise de feu, la voiture est restée pas moins de 24 heures dans sa « bassine ».

Ce fait divers qui n’a fort heureusement fait aucun blessé, nous rappelle la dangerosité des voitures électriques. Quant à la BMW i8 Coupé, rappelons que celle qui a failli partir totalement en fumée est affichée à partir de 142 050 € sur le configurateur France du constructeur allemand. Enfin, retrouvez la sportive hybride allemande en parfait état et, de toute beauté lors de notre reportage : BMW i8 : « C’était un rendez-vous » avec la sportive hybride, shooting photo.

La rédaction