Cette lettre ouverte est adressée à tous les Maires et Conseillers municipaux des neuf communes du Pays de Fayence.
Elle sera adressée régulièrement pendant toute la période de déploiement des compteurs Linky.
OBJET : COMPTEURS LINKY : DÉJÀ OBSOLÈTES EN 2011 !
 
Madame et Messieurs les Maires, Mesdames et Messieurs les Maires adjoint-e-s, Conseillères et Conseillers municipaux, 
 
 
Pour expliquer le fossé considérable qui existe entre Enedis qui déploie ses compteurs Linky et ses opposants, il est indispensable de découvrir les préconisations du Conseil de l'Europe dans sa Résolution 1815 de 2011 (1)
Le Conseil de L'Europe est une Assemblée qui représente la totalité de L'Europe géographique. 
Elle est constituée de 648 parlementaires issus des parlements nationaux de 47 États membres. 
Parmi les pays les plus avancés scientifiquement, elle représente une population de 800 millions d'habitants. Compte tenu de la diversité de ses Nations et de l'absence d'un projet économique commun, on peut considérer que cette Assemblée est moins soumise à la pression des loobies. 
C'est dire l'importance scientifique, éthique et sanitaire des recommandations qu'elle formule.
Ses préconisations sont claires. L'accroissement des ondes électromagnétiques suscitent "des inquiétudes
et des spéculations croissantes" ... Ces ondes semblent avoir des effets biologiques non thermiques
potentiels plus ou moins nocifs ..... même en cas d'exposition à des niveaux inférieurs aux seuils officiels"
En conséquence, à son chapitre 8.2.1 elle préconise de baisser les seuil officiels d'exposition aux ondes 
et de les ramener à moyen terme de 0,6 Volts par mètre à 0,2 Volt par mètre.
Que font les promoteurs du Linky à la même époque, en 2011 ? ... IL FONT EXACTEMENT L'INVERSE !
Ils proposent à l'intérieur de toutes nos habitations l'accroissement de ce brouillard d'ondes électromagnétiques.
( rapport CSTB et ANSES 2017 ) (2) Que dit le rapport Inéris 2016 cité dans dans le rapport ANSES de 2017 
( Page 8 ) : 3,9 Volts par mètre à 20 cm du compteur Linky et, ( à la page 15, facteur 10 = 0,39 Volt à 2,20 mètres 
du compteur ). A la page 15, il est dit que les pertes d'intensité dans les fils électriques à 50 mètre, coté EDF 
comme coté habitation, ne sont que de 50 %. ( facteur 2 ) Ce sont donc tous nos lieux de vie qui seront pollués 
par un supplément d'ondes nocives émisent par nos installations électriques, y compris celles de nos voisins.
Elles deviendront de véritables antennes émétrices. 
Ces chiffres alarmant ne sont pas ceux des milieux contestataires. Ils sont ceux issus des milieux 
scientifiques et des rapports officiels. On ne peut pas les balayer d'un revers de main. 
Madame et Messieurs les Maires, Mesdames et Messieurs les Maires adjoint-e-s, Conseillères et Conseillers,
vous avez les moyens de demander un moratoire sur ce déploiement insensé. Plus de 750 communes en France ont voté des décisions dans ce sens. Sur notre Communauté du Pays de Fayence ce sont trois communes qui ont manifesté leur volonté d'arrêter ce déploiement, le temps de trouver une solution alternative. Les Maires de Fayenceet Saint Paul en Forêt envisagent une double audition afin de permettre un réel débat démocratique au sein de leur 
Conseil municipal.
Madame et Messieurs les Maires, Mesdames et Messieurs les Maires adjoint-e-s, Conseillères et Conseillers,en espérant que ces informations permettront un rapprochement, nous  vous prions de croire en l'expression de nos respectueuses salutations.
Le Collectif "Stop Linky du Pays de Fayence"
PS : Ci-sessous, des extraits significatifs de la Résolution 1815 du Conseil de l'Europe :
 
2. .... "Selon l’Organisation mondiale de la santé, les champs électromagnétiques de toute la gamme des fréquences sont de plus en plus présents et influencent de plus en plus notre environnement, suscitant des inquiétudes et des spéculations croissantes. Tout le monde est aujourd’hui exposé à des degrés divers à des champs électromagnétiques dont les niveaux vont continuer d’augmenter avec les progrès de la technologie."
4 ... "certaines ondes à haute fréquence utilisées dans le domaine des radars, de la télécommunication et de la téléphonie mobile, semblent avoir des effets biologiques non thermiques potentiels plus ou moins nocifs sur les plantes, les insectes et les animaux, ainsi que sur l’organisme humain, même en cas d’exposition à des niveaux inférieurs aux seuils officiels."
 
5. Concernant les normes ou les seuils relatifs aux émissions des champs électromagnétiques de tout type et de toute fréquence, l’Assemblée préconise l’application du principe «ALARA» (as low as reasonably achievable), c’est-à-dire du niveau le plus bas qu’il soit raisonnablement possible d’atteindre, prenant en compte non seulement les effets dits thermiques, mais aussi les effets athermiques ou biologiques des émissions ou rayonnements de champs électromagnétiques. De plus, le principe de précaution devrait s’appliquer lorsque l’évaluation scientifique ne permet pas de déterminer le risque avec suffisamment de certitude. D’autant que, compte tenu de l’exposition croissante des populations – notamment des groupes les plus vulnérables comme les jeunes et les enfants –, le coût économique et humain de l’inaction pourrait être très élevé si les avertissements précoces étaient négligés.
6. L’Assemblée regrette l’absence de réaction face aux risques environnementaux et sanitaires connus ou émergents, et les retards quasi systématiques dans l’adoption et l’application de mesures de prévention efficaces, en dépit des appels à l’application du principe de précaution et de toutes les recommandations, déclarations et nombreuses avancées réglementaires et législatives. Attendre d’avoir des preuves scientifiques et cliniques solides avant d’intervenir pour prévenir des risques bien connus peut entraîner des coûts sanitaires et économiques très élevés, comme dans les cas de l’amiante, de l’essence au plomb et du tabac.
 
8. Compte tenu de ce qui précède, l’Assemblée recommande aux Etats membres du Conseil de l’Europe:
 
8.1.1. de prendre toutes les mesures raisonnables pour réduire l’exposition aux champs électromagnétiques, notamment aux radiofréquences émises par les téléphones portables, et tout particulièrement l’exposition des enfants et des jeunes pour qui les risques de tumeurs de la tête semblent les plus élevés;
 
8.1.2. de revoir les fondements scientifiques des normes actuelles d’exposition aux champs électromagnétiques fixées par la Commission internationale pour la protection contre les rayonnements non ionisants (International Commission on Non-Ionising Radiation Protection), qui présentent de graves faiblesses, et d’appliquer le principe «ALARA», à la fois pour ce qui est des effets thermiques et des effets athermiques ou biologiques des émissions ou rayonnements électromagnétiques;
 
8.1.5. dans le but de réduire les coûts, d’économiser de l’énergie et de protéger l’environnement et la santé humaine, d’accroître les efforts de recherche sur de nouveaux types d’antennes, de téléphones portables et d’appareils de type DECT, et d’encourager la recherche et le développement de télécommunications fondées sur d’autres technologies tout aussi efficaces, mais ayant un effet moins nocif sur l’environnement et la santé.
 
8.2.1. de fixer un seuil de prévention pour les niveaux d’exposition à long terme aux micro-ondes en intérieur, conformément au principe de précaution, ne dépassant par 0,6 volt par mètre, et de le ramener à moyen terme à 0,2 volt par mètre. ( LINKY : rapport l'ANSES juin 2017 : 3,9 Volts à 20 cm et 0,39 Volts à
2 mètres - Inéris 2016 -) 
 
8.2.2. d’appliquer toutes les procédures nécessaires d’évaluation des risques à tous les nouveaux types d’appareil avant d’autoriser leur commercialisation.
 
8.4.4. de déterminer les lieux d’implantation de toute nouvelle antenne GSM, UMTS, Wi-Fi ou WIMAX non pas en fonction des seuls intérêts des opérateurs, mais en concertation avec les responsables des collectivités territoriales et avec les habitants ou des associations de citoyens concernés.
 
8.5.1. d’axer davantage l’évaluation des risques sur la prévention.
 
8.5.3. d’écouter et de protéger les scientifiques qui donnent la première alerte.
 
8.5.8. de promouvoir des débats pluralistes et contradictoires entre toutes les parties prenantes, y compris la société civile (Convention d’Ǻrhus).
                                                   
  (1)    La résolution 1815
  (2)   Le rapport l'ANSES 2017   L'ANSES : Agence nationale de s�curit� sanitaire, de l'alimentation, de l'environnement et du travail