COMMUNIQUE DE PRESSE - Marseille, le 5 mars 2018

Les collectifs anti Linky des Bouches-du-Rhône se mobilisent
 
Depuis janvier dernier, les collectifs anti Linky des Bouches-du-Rhône se sont regroupés pour former le collectif anti Linky 13 afin de coordonner leurs actions dans le département.
 
En effet, ENEDIS, par l'intermédiaire d'entreprises sous-traitantes, continue l'installation des compteurs à marche forcée et au mépris des refus de plus en plus nombreux des usagers et des arrêtés communaux pris par certains maires du département. Les méthodes employées sont très souvent inacceptables (viols de propriété, rondes de nuit, voitures banalisées, harcèlement téléphonique, intimidations, chantage, voire mensonges éhontés).
 
Outre ces méthodes, nous refusons l'installation de ces compteurs Linky pour de multiples raisons :
 
- Nous considérons qu'ils présentent des dangers sanitaires avec l'augmentation considérable du brouillard électromagnétique et une exposition de tous à des rayonnements 24h/24. Aucune étude à ce jour ne peut garantir l'innocuité de ces ondes sur notre santé alors que de nombreuses études indépendantes ont par contre montré leur toxicité.
 
- Ces installations constituent une atteinte à la liberté individuelle, avec récupération de données personnelles dans des conditions d'acceptation par l'usager très contestables. Ces données recueillies viendront alimenter des centres « Big Data » extrêmement énergivores (déjà 10% de l'électricité mondiale).
 
- Ces compteurs n'ont rien donc rien d' «écologiques» (35 millions de compteurs parfaitement opérationnels au rebut) et ne contribuent pas aux économies d'électricité pourtant avancées comme argument majeur par Enedis (moins de 0,2% des usagers équipés d'un Linky se connectent pour suivre leur consommation).
 
- Au contraire, avec un changement de mode de calcul de notre consommation (KVA en non plus KW), tout est mis en place pour une augmentation de nos factures de 15 à 25% et on assiste souvent à l'obligation pour le client de souscrire un abonnement de puissance supérieure. De plus, le compteur Linky annoncé comme gratuit pour l'usager, lui sera finalement facturé par le biais de taxes à partir de 2021 (estimation basse 5 milliards d'euros).
 
Enfin, plus globalement, nous contestons une fuite en avant vers une société du « tout numérique » n'ayant fait l'objet d'aucun débat démocratique.
 
Nous avons d'ores et déjà adressé des courriers et demandes de rendez-vous à tous les maires, députés et sénateurs du département. Nous avons également envoyé des courriers au directeur régional d'ENEDIS et aux entreprises sous-traitantes pour dénoncer les méthodes anti démocratiques et liberticides qui sont utilisées à l'encontre des usagers (copie des courriers en pièces jointes).
 
Tant qu'ENEDIS persistera dans l'implantation des compteurs Linky, le collectif anti Linky 13 est décidé à poursuivre et à intensifier les actions d'information au public et d'interpellations des élus déjà mises en place par les collectifs du département.
 
Contact presse : antilinky13@yahoo.com