(Document pdf d'où son aspect synthétique. Les mises en gras et en couleur sont de moi)

Je précise que je suis absolument contre les expérimentations animales. Les animaux ne sont pour rien dans nos folies !

Merci à l'Association Anti-Linky de Bordeaux

Les CEM traverse la Barrière Hémato Encéphalique du cerveau (BHE)


Version au 21/09/2017: ▲ « Donc la Barrière hémato-encéphalique (BHE) du rat laisse désormais passer de grosses molécules et hormones, virus et bactéries. » Certaines cellules cérébrales meurent après de telles fuites ».
=perméabilité croissante de la barrière hémato-encéphalique sous MO –concluait que "cette expérience est extrapolable à l'homme, sa circulation sanguine étant proche de celle du rat".
Version au 21/09/2017: Travaux d’Allan Frey, de General Electric, repris par Pierre Aubineau, Leif Salford: Les effets non thermiques des champs électromagnétiques (CEM)

Cerveau - Barrière hémato-encéphalique (BHE)
Cellules qui tapissent les vaisseaux sanguins capillaires du cerveau pour les rendre plus étanches et font office de protection, de filtre (p. 96).

- 1975, Allan Frey, de General Electric, exposition rats à 1,9 GHz pendant 2 heures, puis colorant injecté aux animaux: seuls ceux soumis à ces fréquences voient le colorant passer dans le cerveau.
Donc leur Barrière hémato-encéphalique (BHE) laisse désormais passer de grosses molécules et hormones, virus et bactéries. Certaines cellules cérébrales meurent après de telles fuites. L'Office of Naval Research (armée) lui a ordonné de cesser de publier sous peine de perdre les financements.

- Résultats confirmés par d'autres, dont Leif Salford en Suède, Neurochirurgien, Université de Lund :
Ce neurochirurgien, expert en tumeurs cérébrales, a montré qu’une exposition de deux heures à des DAS de rayonnements GSM de 0,2 à 0,02 W/k, c’est à dire 10 à 100 fois inférieurs aux limites autorisées provoquait une perte d’étanchéité de la barrière sang cerveau chez le rat, provoquant une hausse significative du nombre de cellules nerveuses endommagées.
Il développe dans le film documentaire « Sous le feu des ondes » l’origine de sa découverte... Et le débat, encore en cours, que celle-ci a suscité.(p. 96)

Livre Forget (p. 61) Pierre Aubineau, France, étude COMOBIO, ministère de la Recherche, CNRS Bordeaux
– rat et téléphonie mobile 10 minutes à des DAS de 0,5 W/kg à 2 W/kg =perméabilité croissante de la barrière hémato-encéphalique sous MO – « concluait que "cette expérience est extrapolable à l'homme, sa circulation sanguine étant proche de celle du rat".
Peu de temps après il ne faisait plus partie des groupes de recherche "officiels" mandatés pour rédiger ces fameux rapports... »

Cerveau et mélatonine:
Dr Pierre Le Ruz, CRIIREM, revue Nexus n.109 avril-mai 2017 « Certains organites des cellules de notre système nerveux, les magnétosomes, formés de cristaux de magnétites (oxyde de fer), sont de véritables micro- aimants. Le changement continuel de sens des courants alternatifs d'origine électrique perturbe ces parties magnétiques de l'organisme et par là tout le système nerveux central (...). Elle correspond à la fréquence de résonance des muscles.
L'électrocution est un tétanos parfait. Cela a d'ailleurs amené les Anglo-Saxons à opter pour le 60 hertz. »

Dr Le Ruz, revue Bio contact n.282: « Le corps contient des milliards de cristaux de magnétites (...) appelés magnétosomes. (les magnétosomes) sont enveloppés de membranes biologiques.(...) quand ils sont exposés à des
fréquences radio-électriques, les magnétites des magnétosomes se mettent à vibrer. Ces vibrations ne sont pas sans conséquence sur leur membrane biologique. Elles déclenchent des signaux électriques qui se propagent par voie nerveuse jusqu'à l'hypothalamus et le cerveau neurovégétatif dont la fonction principale est de réaliser la jonction entre le système nerveux et le système endocrinien par l'intermédiaire de l'hypophyse et de l'épiphyse.

Les perturbations interprétées comme une agression sont alors transmises au système neuro-endocrino-immunitaire.
Ce dernier répond par une première phase dite « phase d’alarme (...): troubles dermatologiques (...), neurasthénie (...) neurovégétatifs (...)  (Ensuite fin de l'alarme biologique) c'est la phase de résistance.
Mais si le stress devient répétitif (...) alors survient une phase de rupture. (...) Par la suite (...) s’installe une phase d'épuisement, qui correspond à l'apparition du syndrome d'électrohypersensibilité (EHS) Etude TNO- Rapport gouvernemental, Hollande, 2003 ; Dr Le Ruz (même revue): « l'étude Hollandaise dite TNO mesure une augmentation significative des dysfonctionnements des fonctions cognitives de personnes exposées pendant trois quarts d'heure à des champs de fréquences GSM et UTMS.
http://www.robindestoits.org/Rapport-TNO-rapport-gouvernemental- Hollandais-Septembre-2003_a144.html
« Cette étude conduite en double ‘aveugle’ indique une diminution générale du bien être à 0,7V/m (exposition maximale à 1V/m) après 45 mn d'exposition sous des signaux de téléphonie mobile.
Elle confirme les résultats menés sur les riverains d'antennes-relais et corrobore la réalité des gènes exprimées telles que les problèmes cognitifs (voir le syndrome des micro-ondes): troubles du langage, de l'attention et de la mémorisation.

- Diminution globale du "bien-être" sous UMTS.
- Modification du "sentiment d’hostilité" sous GSM.
- Modification des temps de réaction sous GSM, UMTS et dans le cas de "double tâche" pour le DCS *.
- Modification de la mémorisation sous DCS et UMTS.
- Modification de l’attention visuelle sous UMTS et de la vigilance sous GSM.
- Les résultats indiquent également des différences entre le groupe de sujets "électrosensibles" et le groupe de sujets"non-électrosensibles".
* Digital Communication System, variante du GSM sur la bande des 1800 MHz

Principaux symptômes ressentis dans les deux groupes :
- faiblesse dans des parties du corps
- douleurs musculaires
- irrégularités cardiaques
- nervosité ou anxiété
- manque d'attention
- irritabilité, colère

Sources :
-Martin Blank (docteur en chimie physique), « Ces ondes qui nous entourent. Ce que la science dit sur les dangers des rayonnements électromagnétiques », Éditions Éco société 2016.
-Maître Olivier Cachard, professeur agrégé, Doyen Honoraire de la faculté de Nancy, membre de l'Académie des sciences de Lorraine et de l'Institut Gény: « Le droit face aux ondes électromagnétiques », Lexis Nexis, 2016.
Les effets non thermiques des champs électromagnétiques (CEM) Page 3-Maître Richard Forget, « Portables et antennes, mauvaises ondes », Sang de la Terre 2010.
-Catherine Gouhier (CRIIREM), M. Rivasi, M. Layet « Survivre au téléphone mobile et aux réseaux sans fil », Courrier du Livre 2009.
-CRIIREM, Centre de Recherche et d’Information Indépendant sur les Rayonnements Électro Magnétiques non ionisants. Site internet, Bulletins  Transmission.
Livre Blank : (La mélatonine régule le cycle du sommeil, est un puissant réparateur des dégâts des radicauxlibres) (p. 97)
- En 2000 15 études montraient déjà baisse production mélatonine sous l'effet des EBF, RF et MO.
- 1989 S. G. Wang montre relation dose-réponse RF et MO dans hausse de sérotonine (qui indique baisse de la mélatonine).
- Journal of Pineal Research, 1990, Dr B. Wilson, avec EBF (couvertures chauffantes) baisse importante mélatonine chez 1⁄4 des sujets : donc, l'exposition aux EBF « peut déranger les fonctions de la glande pinéale » (p. 97)  Dr S. Davis (centre de recherche sur cancer Seattle), 1997, EBF à très faible niveau = baisse mélatonine selon d ose-réponse. Ainsi 2 fois plus d'EBF = 8 % mélatonine en moins ; 3 fois plus EBF = 12 %... (p. 98)
- Dr J. B. Burch, International Journal of Radiation Biology, 2002 : plus de 25 minutes de portable par jour = baisse importante mélatonine, qui s'amplifie encore si on rajoute des EBF (cumul et interaction des types de rayonnement). (p. 98-99) Livre Gouhier (p. 107) Office Fédéral de l'Environnement, Suisse, 2007 : étude sur impact sanitaire hautes fréquences, sur la base de 150 publications parues entre 2003- 2006.

L' « OFEV considère qu'il est « probable » – c'est-à-dire constaté à plusieurs reprises, de manière relativement cohérente et indépendante – que le rayonnement des téléphones mobiles modifie l'activité électrique du cerveau et les phases de sommeil.
Il est également « probable » qu'une utilisation fréquente du téléphone mobile provoque une augmentation des symptômes non spécifiques tels que maux de tête, sensation de fatigue, difficultés de concentration, malaises et échauffements de la
peau. Apparaît enfin « possible » un risque accru de tumeurs du cerveau associé à une utilisation intensive
du téléphone mobile pendant plusieurs années. » (p. 163) Canada 2008 sur rats : champs magnétiques très faibles – 0,03 microtesla et 0,5 microtesla – modifient la structure cérébrale des rats in utero durant l'ensemble de leur temps de gestation et « particulièrement, au sein des régions de l'hippocampe connues pour la néogénèse neuronale chez l'adulte ».