J'ai reçu un message qui me semble très pertinent quant aux origines des incendies du Linky. Le voici. Merci à Patrice.

(Je vous transférerai la pièce jointe dès que je pourrais en réduire la taille)

Vu le nombre croissant d'incendies de compteurs par chez nous (2 à Toulouse et 7 à Albi en 1 semaine) je diffuse largement une info j'avais pour l'instant communiqué à quelques spécialistes pour avis.
Ces récents incendies sur des compteurs Linky posés depuis un certain temps ne peuvent plus être attribués à des erreurs de pose, car ce capteur, construit à partir de composants plutôt basiques, présente une électronique sophistiquée, et il est parcouru par des courants forts. On peut alors s'inquiéter du comportement de la partie électronique, soumise en permanence à l'échauffement de la partie électrique, traversée par ces courants.
Il s'ensuit peut-être un vieillissement accéléré de ces composants électroniques, allant jusqu'à l'incendie.
C'est ce que suggère la PJ, qui est censée être confidentielle
 
 Landis+Gyr est l’un des fabricants du compteur Linky. Voici les noms de tous ses fabricants :
— Itron (États-Unis), 
— Landis+Gyr (Suisse/Japon), 
— Sagemcom (France, déjà retenu pour fabriquer le compteur de gaz Gazpar de GrDF), 
— Maec (France), 
—Elster (Allemagne, désormais Honeywell65) 
— Ziv (Espagne

"Ci-joint un document confidentiel, qui n’aurait jamais dû être accessible ni au grand public ni aux médias, et qui a été transmis par Landis+Gyr à toutes les compagnies fournissant de l’électricité. Ce document porte sur les causes potentielles d’incendies attribuées aux compteurs intelligents. Il démontre clairement les faiblesses conceptuelles qui entraînent la surchauffe et la fonte de ses composantes, ce qui peut provoquer un incendie à terme. Il s’agit exactement du même compteur qu’utilise Hydro-Québec.

Des alarmes intégrées dans le logiciel de gestion sont même prévues pour signaler les températures élevées à l’entreprise gestionnaire de l’électricité. D’évidence, ces alarmes ne leur permettent pas d’intervenir adéquatement pour empêcher quoi que ce soit, puisque des centaines d’incendies ont été déclenchés malgré ce dispositif. Par contre, il semblerait que c’est ce qui alerte les compagnies d’électricité pour leur permettre de récupérer les compteurs défaillants sur les lieux des sinistres avant que les commissaires aux incendies ne puissent procéder à leur examen.

Selon toute vraisemblance, Hydro-Québec dispose de ce document depuis octobre 2013. Nous devons en déduire qu’Hydro-Québec a décidé, en toute connaissance de cause, d’installer 3,8 millions de ces compteurs dans les foyers québécois en sachant pertinemment que cet appareil, non homologué UL ou CSA, comporte des risques AVÉRÉS de mettre le feu à nos résidences.